Centre européen d’études bourguignonnes

Le “Centre européen d’études bourguignonnes (XIVe-XVIe s.)” (CEEB) existe depuis 60 ans et est un centre d’études qui est ouvert à tous ceux que notre sujet de prédilection intéresse. Le CEEB a pour objet de promouvoir, encourager ou de coordonner des études scientifiques relatives à l’époque des ducs de Bourgogne et des premiers Habsbourg, en Europe occidentale, plus spécialement dans l’espace compris entre Mer du Nord, système fluvial Rhin-Danube et Méditerranée, où les relations politiques, économiques et culturelles se révèlent alors particulièrement intenses.
Dans ce carnet vous trouverez des nouvelles sur notre centre d’étude et des billets concernant notre sujet de prédilection (expositions, publications, projets, sites web, etc.).

 

The “European Centre for Burgundian Studies (14th-16th centuries)” (CEEB) has existed for 60 years and is a research centre that is open to all those interested in our fascinating subject. The aim of the CEEB is to promote, encourage and coordinate scholarly research that concerns the historical period of the dukes of Burgundy and the first Habsburgs in Western-Europe, particularly in the geographical space defined by the North Sea area, the fluvial systems of the Rhine and the Danube, and also the Mediterranean where political, economic and cultural relations were particularly intense. 
On this website you will find news about our research centre as well as posts about relevant to our interests (exhibitions, publications, projects, web sites, etc.).

La Bourgogne (XIVe-XVIe siècle)

La dénomination du Centre européen d’études bourguignonnes (XIVe-XVIe s.) entend refléter tout à la fois avec souplesse et précision le champ que couvrent ses travaux.

  • La qualification d’« européen » renvoie simultanément au public qu’il vise à y intéresser et à l’espace dans lequel s’intègrent les thèmes choisis pour ses rencontres.
  • La mise en valeur d’une réalité d’essence géographique, la « Bourgogne », invite à dépasser la simple référence à une région pour mettre en jeu une dynastie, ses descendants immédiats, un espace politique et culturel.
  • L’expression depuis longtemps usitée de « siècle de Bourgogne » est de nature à synthétiser tout ce qui gravite autour d’une période de quelque treize décennies, de l’entrée en scène de Philippe le Hardi, premier duc de Bourgogne de la maison de Valois (1369), à la mort de Philippe le Beau, archiduc d’Autriche (1506), père de Charles Quint, dont à vrai dire le long règne, couvrant la première moitié du XVIe siècle, ne peut être à bon escient séparé de ce qui l’a précédé.

À la charnière des époques traditionnellement dénommées « bas Moyen-Âge » et « Renaissance », lorsque se bâtissent de nouvelles structures et fleurissent de nouvelles inspirations culturelles dites commodément « modernes », la période « bourguignonne », comme toute autre, recueille les fruits du passé et prépare un avenir encore imprévisible. Tous les secteurs de la vie en société sont dynamisés par des tendances nouvelles, convergeant dans un Occident en pleine croissance, une croissance forgée, souligne-t-on volontiers, à travers une « crise » pluriforme, identifiée le plus souvent depuis le deuxième tiers du XIVe siècle. Voici la centralisation politique, à laquelle résistent toutefois – et les pays ducaux bourguignons, de la mer du Nord au Jura en portent particulièrement témoignage – des particularismes en série. Voici une économie en mutation, tributaire de réseaux et de grands échanges internationaux, avant que le temps proche dit des « grandes découvertes » ne leur confère une dimension intercontinentale. Voici une culture transcendant elle aussi les frontières, dans laquelle la Foi et la dévotion ont encore leur place mais accusent un recul relatif devant le développement d’autres idées et valeurs, tandis que s’intensifie un mécénat laïque, fruit de l’intérêt des princes, des seigneurs et des villes pour les lettres et les arts.

 

Burgundy (14th-16th centuries)

The name of the European Centre for Burgundian Studies (14th-16th c.) [Centre européen d’études bourguignonnes (XIVe-XVIe s.)] intends to reflect, in a precise way but also with an open mind, the field of our studies:

  • “European” indicates the intended public as well as the geographical space that frame the topics chosen for our meetings.
  • By highlighting and questioning an essentially geographical reality, “Burgundy”, we invite you to move beyond the simple regional meaning and to reflect on a dynasty, its direct scions, and a political and cultural space.
  • The long-established expression “the age of Burgundy” encompasses everything that is linked by a period of some thirteen decades from the accession of Philip the Bold as first Valois Duke of Burgundy in 1369, to the death of Philip the Fair, the Archduke of Austria in 1506 and father of Charles V. Charles’s long reign, covering the whole first half of the 16th century, can also hardly be separated from what preceded it.

At the crossroads of periods traditionally called  the “Late Middle Ages” and the “Renaissance”, when new structures were built and new “modern” cultural inspirations were emerging, the “Burgundian” age was as much as all others firmly rooted in its past. Yet it prepared a still unknown future. In it, all aspects of society were pushed forward by new tendencies converging in a growing Western civilization, a growth created, as one often recalls, within a multifarious “crisis” starting in the middle of the fourteenth century. Politically, the centralizing efforts of the dukes were opposed by series of local resistances, a particular feature of the lands united by the dukes of Burgundy, from the North Sea to the Jura. Economically, there was the rapid growth of an expanding network of international exchange on the eve of the discoveries of new overseas worlds. Culturally, boundaries were transcended, because even if religion and devotion remained in place, other beliefs and values developed, whereas a lay patronage serving the interests of princes, lords and towns took over literature and the arts.

 

Nos membres / Our members

Le Centre européen d’études bourguignonnes (XIVe-XVIe s.) compte actuellement 237 membres (état en janvier 2018), dont grosso modo un tiers en France, un tiers en Belgique et un tiers dans le reste du monde.

The European Centre for Burgundian Studies (14th-16th c.) has currently 237 members (January 2018), a large third of which lives in Belgium, a small third in France and a last third in the rest of the world.

 

Les membres se répartissent plus précisément par pays comme suit :
More precisely the members are thus spread over the following countries:

Pays Juin 2023
Jan. 2018 Sept. 2014 Sept. 2012
Belgique 79 93 89 95
France 77 67 85 99
Pays-Bas 19 20 24 27
Allemagne 16 16 15 14
Royaume-Uni 9 8 8 7
Suisse 7 10 7 9
Italie 4 5 5 6
Luxembourg 4 4 3 3
Autres pays européens 7 7
Autriche 2 2
République tchèque 2 2
Irlande 1 1
Portugal 1 1
Russie 1 1
Amériques 5 7
USA et Canada 6 4
Asie et Océanie 3 3
Japon 4 3
TOTAL 232
237 251 277

 

 

Statuts du Centre européen d’études bourguignonnes (XIVe-XVIe s.)

Les présents statuts, soumis à l’Assemblée générale (Fribourg, 15 septembre 1984), annulent ceux du Centre européen d’études burgondo-médianes, adoptés le 5 mars 1959, révisés le 13 novembre 1959 et le 18 octobre 1963.

I : DES OBJECTIFS ET DE LA COMPOSITION DU CENTRE

Article 1
Le «Centre européen d’études bourguignonnes (XIVe-XVIe s.)», ci-après dénommé «le Centre», est une association régie par les articles 60 et suivants du Code civil suisse. Elle est organisée corporativement et, comme telle, dotée de la personnalité juridique.

Article 2
Le Centre a pour objet de promouvoir, d’encourager ou de coordonner des études scientifiques relatives à l’époque des ducs de Bourgogne et des premiers Habsbourg, en Europe occidentale, plus spécialement dans l’espace compris entre Mer du Nord, système fluvial Rhin-Danube et Méditerranée, où les relations politiques, économiques et culturelles se révèlent alors particulièrement intenses. Le Centre organise dans ce but des colloques internationaux ; il en édite les actes.

Article 3
La durée du Centre est illimitée. Son siège social est fixé à Neuchâtel (Suisse). Par simple décision du Comité exécutif, il peut être transféré en tout autre lieu de la Confédération helvétique.

Article 4
Le Centre se compose de membres, qui peuvent être des personnes physiques ou morales ou des institutions manifestant de l’intérêt à l’égard de ses travaux, ou souhaitant y prendre une part active. Toute candidature d’un nouveau membre doit être agréée par le Comité exécutif et ratifiée par l’Assemblée générale.

Article 5
Les membres se répartissent en trois catégories :
1) des membres effectifs, payant une cotisation annuelle dont le montant est fixé par le Comité exécutif ;
2) des membres de soutien, payant une cotisation supérieure à la normale ;
3) des membres d’honneur, désignés par l’Assemblée générale sur proposition du Comité exécutif.

II : DE L’ASSEMBLÉE GÉNÉRALE

Article 6
L’Assemblée Générale du Centre comprend tous les membres, tels qu’énumérés à l’Article 5. Elle se réunit une fois par an en session ordinaire sur convocation du président. Ce dernier peut la convoquer dans l’intervalle en session extraordinaire.
Elle exerce tous les pouvoirs que comporte l’accomplissement de l’objet du Centre, défini à l’Article 2.
Elle ratifie l’agréation des membres et se prononce sur leur exclusion.
Elle ratifie et remplace, en cas de vacance, le président et les autres membres du Comité exécutif.
Elle peut, si elle le juge utile, modifier toute mesure prise dans l’intervalle de ses sessions.

Article 7
L’Assemblée générale délibère valablement quel que soit le nombre des membres présents ou représentés. Elle prend ses décisions à la majorité simple des voix des membres présents et représentés. Chaque membre dispose d’une voix délibérative et peut valablement représenter tout autre membre, dont il détient un mandat écrit.

III : DU COMITE EXÉCUTIF

Article 8
Le Comité exécutif administre le Centre. Il se compose d’un président, élu pour six ans, et de neuf à quatorze membres non rétribués. Tout membre du Comité sortant volontairement de charge pourra se voir attribuer par ses collègues la qualité de membre honoraire. Un membre n’ayant pas assisté aux réunions du Comité durant une période continue de deux ans accédera par le fait même à cette qualité.

Article 9
Le Comité exécutif assure la gestion journalière, exerce tous les pouvoirs qui lui sont délégués par l’Assemblée générale et prend toutes décisions nécessaires au bon fonctionnement du Centre.
Il élit dans son sein ou en dehors deux vice-présidents, un secrétaire général et un trésorier.
Il peut désigner en outre au sein du Centre des commissions de travail aux objectifs délimités.

Article 10
Le Comité exécutif se réunit sur convocation du président, au moins deux fois l’an.
Il ne peut délibérer valablement que si tous les membres en ont été régulièrement convoqués. Il prend toutes ses décisions à la majorité simple des membres présents. En cas d’égalité, la voix du président est prépondérante.

Article 11
Le président assure la représentation du Centre envers les tiers, même devant les tribunaux.
Dans le cas d’empêchement du président, ses attributions sont exercées par l’un des vice-présidents.

Article 12
Le secrétaire général est responsable de la conservation des archives du Centre. Il coordonne l’exécution de ses décisions. Il veille en particulier à la mise au point des publications, avec l’aide éventuelle d’un secrétaire de rédaction.
Le siège scientifique du Centre peut être établi, sur décision du Comité exécutif, au domicile professionnel ou civil du secrétaire général.
Le trésorier exerce ses fonctions en liaison étroite et permanente avec le secrétaire général. Tous deux font rapport de leur activité et de leur gestion au Comité exécutif et à l’Assemblée générale et en reçoivent des instructions. Ces deux organes prennent également connaissance du rapport de deux commissaires aux comptes, désignés par l’Assemblée générale.

IV : DES RESSOURCES, DES STATUTS ET DE LA DISSOLUTION

Article 13
Les ressources du Centre consistent principalement dans les cotisations de ses membres effectifs et de soutien, dans les dons et legs qui peuvent lui être faits, dans les subventions qui peuvent lui être accordées, ainsi que dans le produit de la vente de ses publications.
Ces ressources et les fonds propres dont le Centre pourrait disposer garantissent, seuls, l’exécution des engagements du Centre, à l’exclusion de toute responsabilité personnelle ou solidaire de ses membres.

Article 14
Toute modification des statuts ne peut être effectuée par l’Assemblée générale qu’après convocation mentionnant explicitement ce point de l’ordre du jour. La décision est prise à la majorité des deux tiers des membres présents ou représentés.

Article 15
En cas de dissolution du Centre, l’actif, après règlement de tous comptes, sera attribué par la décision de l’Assemblée générale, sur proposition du Comité exécutif, à une institution scientifique poursuivant des objectifs similaires.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search