La collection Burgundica

La collection « Burgundica » est une série publiée par les éditions Brepols sous la direction de Jean-Marie Cauchies, ancien secrétaire général du Centre européen d’études bourguignonnes.

Peu de périodes, de tranches d’histoire ont suscité et continuent à susciter auprès d’un large public autant d’intérêt voire d’engouement que le « siècle de Bourgogne ». Il est vrai qu’à la charnière de ce que l’on dénomme aussi vaguement que commodément « bas Moyen-Âge » et « Renaissance », les douze décennies qui séparent l’avènement de Philippe le Hardi en Flandre (1384) de la mort de Philippe le Beau (1506) forment un réceptacle d’idées et de pratiques contrastées. Et ce constat s’applique à toutes les facettes de la société. La collection « Burgundica » se donne pour objectif de présenter toutes ces facettes, de les reconstruire – nous n’oserions écrire, ce serait utopique, de les ressusciter – à travers un choix d’études de haut niveau scientifique mais dont tout « honnête homme » pourra faire son miel. Elle mettra mieux ainsi en lumière les jalons que le temps des ducs Valois de Bourgogne et de leurs successeurs immédiats, Maximilien et Philippe de Habsbourg, fournit à l’historien dans la découverte d’une Europe moderne alors en pleine croissance.

The Burgundica Series
The “Burgundica”  series is published by Brepols Publishers and led by the general editor Jean-Marie Cauchies, former general secretary of the European Centre for Burgundian Studies (14th-16th c.).

Few eras or historical periods have given raise (and still do) to the interest of a wide pubic as extensive as the “Age of Burgundy”. Indeed, at the crossroads of periods commonly (and a bit vaguely) known as the Late Middle Ages and the Renaissance, these twelve decades separating the coming into power of Philip the Bold in Flanders in 1384 and the death of Philip the Fair in 1506 form a cradle of contrasting ideas and practices. And this observation applies to all aspects of society. The Burgundica Series aims to present all these aspects and to reconstruct them (it would be unrealistic to write ‘revive’) by means of a choice of monographs and essay volumes of a high scholarly level, which, however, can be appreciated by a large public. It highlights the milestones that the period of the Valois Dukes of Burgundy and their immediate Hapsburg successors offers to historians, allowing us to discover a growing Europe taking its modern shape.

Liste des volumes Burgundica parus
List of all published Burgundica volumes

Burgundica 36
Dagmar H. Eichberger (éd.), A Spectacle for a Spanish Princess. The Festive Entry of Joanna of Castile into Brussels (1496)
On the evening of 9 December 1496, Princess Joanna, Infanta of Castile, reaches the outskirts of Brussels where a procession of secular and ecclesiastical dignitaries welcomes her. After having been married to Philip the Fair in Lier, Joanna travelled to Brussels by herself. Equipped with torches and processional crosses, the citizens accompany her all the way to the heart of the city, the large market square with its magnificent town hall. The Berlin manuscript 78 D5 is the first illustrated report of an entry concentrating on one single lady. The manuscript is a treasure to all those interested in urban culture of the Early Modern period. The author of the festival booklet compares the well-lit city with the splendours of Troy and Carthage. Twenty-eight stage sets, or Tableaux Vivants, and an elaborate procession mirror the costly intellectual program presented to the sixteen-year-old princess. The carefully planned theatrical productions underscore themes of marriage, female virtues and the politics of war and peace. The program includes entertainments, soundscapes, and pyrotechnic amusements. The Latin texts are made available in English translation. The entire manuscript, with its sixty-three folios, is reproduced in colour. Eleven leading scholars present their new findings on this spectacular entry from an interdisciplinary approach.

Burgundica 35
Pierre Gresser, Les forêts princières dans le comté de Bourgogne aux XIVe et XVe siècles
Membre du Saint-Empire romain germanique depuis 1032, le comté de Bourgogne fut rattaché au duché d’outre-Saône de 1330 à 1361 et de 1384 à 1477. Cette double union bourguignonne se traduisit, entre autres, par la création d’un office (la gruerie) chargé des eaux et forêts princières. L’institution et les eaux ayant donné lieu à la publication de deux ouvrages spécifiques, ce troisième volume termine le triptyque décrivant un aspect important du domaine comtal. La principale caractéristique de la sylve princière était l’absence de résineux. L’exploitation des chartes de franchises, de la comptabilité de la gruerie et d’une remarquable série de terriers (1454-1476) permet une étude précise des feuillus. Leur description nécessite la localisation des forêts par châtellenie, l’évaluation parfois de leur superficie, et l’analyse des peuplements. Quatre essences l’emportèrent sur les autres: chênes, hêtres, pommiers et poiriers. Cette approche est complétée par le statut juridique des bois. Utilisant ces derniers, les princes et Marguerite de France donnèrent des arbres, en vendirent pour diverses raisons. Mais leurs forêts formèrent aussi une réserve de combustible (les salines de Salins étant les principales consommatrices). Quant aux animaux sauvages, ils furent chassés, seuls les porcs donnèrent lieu à la «paisson», source importante du «pesnaige» (redevance). Pendant toute la période, la protection des forêts se traduisit par un personnel et une justice efficaces. Les «mesusants» (délinquants) comparurent devant des juges dans le cadre des «jours» pour être condamnés à des amendes. Peut-on parler de sylviculture?

Burgundica 34
Jean-Baptiste Santamaria, Marguerite de France, comtesse de Flandre, d’Artois et de Bourgogne (1312-1382). Une vie de princesse capétienne au temps des Valois
Fille du roi Philippe V et de Jeanne de Bourgogne, Marguerite de France (1312-1382) est une figure majeure et pourtant méconnue du XIVe siècle. Après une éducation soignée marquée par l’influence de Mahaut ainsi que par les raffinements et les crises qui caractérisent la cour des derniers Capétiens, elle est mariée au futur comte de Flandre Louis de Nevers en 1320. Investie de la délicate mission de réconcilier les lions et les lys, elle affronte des débuts calamiteux sur le plan personnel et politique avant que son installation en Flandre et la naissance de l’héritier Louis de Male ne lui confèrent une certaine influence. Si les révoltes flamandes puis le veuvage la conduisent à un retrait apparent, elle maintient la Flandre dans l’alliance française en imposant à son fils une série de mariages. Héritant en 1361 des comtés d’Artois et de Bourgogne, elle devient une figure essentielle du jeu politique, redressant une situation d’abord périlleuse et rassemblant autour d’elle un nouveau parti bourguignon. Cette vie de princesse est marquée par une intense circulation s’appuyant sur un vaste réseau de résidences, et s’accompagne des raffinements d’un mode de vie princier qui éclaire sur une culture matérielle mêlant usages français, septentrionaux et bourguignons. Du mécénat aux pratiques dévotionnelles s’élabore l’identité complexe d’une fille de roi de France marquée par Mahaut d’Artois, jouant des images traditionnelles d’un pouvoir féminin pacificateur tout en recourant à la force. À ce titre, elle peut être considérée comme une marraine de l’État bourguignon.

Burgundica 33
Jean Devaux, Matthieu Marchal, Alexandra Velissariou (éd.), Écrire le voyage au temps des ducs de Bourgogne. Actes du colloque international organisé les 19 et 20 octobre 2017 à l’Université du Littoral – Côte d’Opale (Dunkerque)
Issu des rencontres internationales qui se sont tenues à l’Université Littoral – Côte d’Opale (Dunkerque) les 19 et 20 octobre 2017, le présent ouvrage vise à mieux appréhender le rôle prépondérant joué par les États bourguignons dans l’essor de l’écriture du voyage. Il s’attache en particulier au genre du récit de voyage qui, dans les villes des Pays-Bas comme à la cour des ducs, gagna bien vite la faveur des élites bourguignonnes : pèlerins, diplomates, soldats ou marchands, les voyageurs écrivains apportent pour beaucoup une contribution originale à ce mode spécifique de narration. Ce recueil d’études a par ailleurs pour objectif de mettre en lumière les liens subtils que ce genre littéraire entretient tout à la fois avec la littérature romanesque et la production historiographique qui s’épanouissent alors en terre bourguignonne et réservent une place non négligeable à l’écriture du voyage, imaginaire ou réel.

Burgundica 32
Sylvie Le Strat-Lelong, Le comté de Bourgogne d’Eudes IV à Philippe de Rouvres (1330-1361)
En 1330, le duc de Bourgogne Eudes IV prend en main le gouvernement du comté de Bourgogne dont vient d’hériter son épouse. Comme après lui son petit-fils Philippe de Rouvres, il se retrouve alors à la tête d’une principauté incluant l’Artois et les duché et comté de Bourgogne. Quelles sont les retombées de cette situation inédite en Franche-Comté? C’est ce que se propose d’étudier l’ouvrage. Cet intermède de 31 ans a contribué à poser les bases du futur État bourguignon des ducs Valois par des réformes d’envergure. Cela n’a pas été sans difficultés et inachèvements de toute sorte. Ils tiennent autant à la conjoncture problématique des débuts de la guerre de Cent ans qu’à la puissance remarquable de la haute noblesse comtoise, menacée par la politique d’affirmation souveraine du duc-comte. Mais celle-ci ne peut paradoxalement être menée qu’avec le soutien de l’aristocratie: des grands, que les princes ont finalement choisi d’associer au pouvoir après de tumultueux épisodes de conflit armé; de la petite et moyenne noblesse, peu à peu ralliée à un système de gouvernement dont elle tire de multiples avantages. On trouve là des caractéristiques propres aux États princiers de la fin du Moyen Âge. Il se dégage cependant une forte singularité de la Franche-Comté en ce deuxième tiers du XIVe siècle. Elle s’illustre par les possibilités économiques liées à l’industrie du sel et les vicissitudes de la progressive intégration dans un vaste espace bourguignon.

Burgundica 31
Marie de Bourgogne/Mary of Burgundy. Reign, ‘Persona’, and Legacy of a Late Medieval Duchess / Figure, Principat et Postérité d’une Duchesse Tardo-Médiévale
Marie, duchesse de Bourgogne (r. 1477-1482), occupe une place essentielle entre Moyen Âge et première Modernité dans l’histoire des Anciens Pays-Bas et d’Europe. Alors que son mariage avec Maximilien d’Autriche unit la dynastie des Valois-Bourgogne à celle des Habsbourg, laquelle s’établit alors durablement aux frontières de la France, la vie et le bref principat de Marie restent peu étudiés. Visant à comprendre cette période de transition et ses ressorts, tant à l’époque que dans le temps long, ainsi qu’à établir un bilan et à lancer de nouvelles pistes de recherche, cet ouvrage réunit plusieurs des meilleurs spécialistes actuels autour de trois questions essentielles. Dans un premier temps, la légitimité contestée de ce pouvoir féminin est abordée sous différents angles : le droit, la littérature, les arts visuels et les spectacles publics qui sont étudiés en tant que moyens de communications renforçant ou affaiblissant l’autorité de la duchesse. Ensuite sont mis en lumière les agents et les outils gouvernementaux au service de ce pouvoir. Enfin, les contributeurs s’interrogent sur la manière dont ce pouvoir et ce principat furent (re)lus et représentés aux époques ultérieures en fonction d’agendas politiques évolutifs, du long règne de Maximilien de Habsbourg à la Belgique contemporaine.

Burgundica 30
Violet Soen, Yves Junot (éd.), Noblesses transrégionales. Les Croÿ et les frontières pendant les guerres de religion (France, Lorraine et Pays-Bas, XVIe et XVIIe siècle)
Les écrits présentés par des chercheurs de France, de Belgique, des Pays-Bas et du Royaume-Uni porteront sur le rôle de la famille Croÿ dans les conflits religieux et politiques du XVIe siècle, notamment dans la région frontalière entre la France et les Pays-Bas des Habsbourg.
Le caractère pan-européen des guerres de religion suscite des questions sur l’incidence des frontières et le rôle des acteurs qui les franchissent ou les transgressent. Cet ouvrage retrace les parcours transrégionaux et confessionnels des Croÿ, une puissante maison nobiliaire établie de part et d’autre des frontières séparant la France et les Pays-Bas habsbourgeois, à travers la reconstitution des engagements politiques et religieux de ses membres (Porcien, Aarschot, Chimay, Havré, et leurs épouses ou mères Amboise, Lorraine, Clèves, Brimeu, Dommartin).
Ce volume montre comment ces noblesses transrégionales bâtissent leur influence à l’ombre des rivalités internationales entre rois de France et d’Espagne, empereurs et ducs de Lorraine, et du choix de la religion au temps des Réformes; comment elles assemblent stratégiquement leurs domaines, patronnent une clientèle locale et se font reconnaître comme souverains de micro-principautés; et comment elles mobilisent ce capital politique en rivalisant avec d’autres lignages catholiques (Guise, Clèves) ou protestants (Condé, Bouillon), en désobéissant à leur prince ou en négociant leur réconciliation avec lui.

Burgundica 29
Rosalind Brown-Grant, Visualizing Justice in Burgundian Prose Romance Text and Image in Manuscripts of the Wavrin Master (1450s-1460s), Turnhout (Brepols), 2020, ISBN: 978-2-503-58633-5.
This book explores the textual and visual representation of justice in a corpus of chivalric romances produced in the mid-15th century for noble patrons at the court of Burgundy.This is the first monograph devoted to manuscripts illuminated by the mid-fifteenth-century artist known as the Wavrin Master, so-called after his chief patron, Jean de Wavrin, chronicler and councillor at the court of Philip the Good of Burgundy. Specializing in the production of pseudo-historical prose romances featuring the putative ancestors of actual Burgundian families, the artist was an attentive interpreter of these texts which were designed to commemorate the chivalric feats of past heroes and to foster their emulation by noble readers of the day. Integral to these heroes’ deeds is the notion of justice, their worth being measured by their ability to remedy criminal acts such as adultery, murder, rape, and usurpation. In a corpus of 10 paper manuscripts containing the texts of 15 romances and over 650 watercolour miniatures, the stylized, expressive images of the Wavrin Master bring out with particular clarity the lessons in justice which these works offered their contemporary audience, many of whom, from the Burgundian dukes downwards, would have been responsible for upholding the law in their territories. Chapters are devoted to issues such as the nature of just war and how it is linked to good rulership; what forms of legal redress the heroines of these tales are able to obtain with or without the help of a male champion; and what responses are available in law to a spouse betrayed by an adulterous partner. The book will be of interest to scholars of medieval art, literature, legal and cultural history, and gender studies.

Burgundica 28
Amable Sablon du Corail, La guerre, le prince et ses sujets. Les finances des Pays-Bas bourguignons sous Marie de Bourgogne et Maximilien d’Autriche (1477-1493), Turnhout (Brepols), 2019, ISBN: 978-2-503-58098-2.
En 1477, l’onde de choc née de la défaite et de la mort de Charles le Téméraire se propagea à l’ensemble des possessions bourguignonnes. Face à Louis XI, Marie de Bourgogne et Maximilien d’Autriche durent d’abord défendre l’intégrité territoriale de leur « grand héritage », amputé d’emblée de la plus grande partie des fiefs français. Retranchés aux Pays-Bas, ils furent confrontés aux revendications des villes de Flandre et de Brabant, porteuses d’un projet politique fondé sur l’autonomie des communautés et sur une stricte limitation des prérogatives du prince. La fiscalité et les finances furent au cœur de ce conflit, dont elles ont été à la fois l’une des principales causes, et l’enjeu primordial. Elles firent l’objet d’âpres débats dans les assemblées représentatives et aux États généraux. Qui du prince ou de ses sujets aurait le contrôle de la levée des impôts et de leur emploi ? Quel système militaire adopter, qui fût à la fois efficace, le moins coûteux possible, dans un contexte économique marqué par le haut niveau des salaires, et conforme aux idéaux politiques des acteurs en présence ? Les sources financières et comptables, très abondantes, permettent de saisir la réalité des enjeux politiques et ce qu’était le pouvoir d’achat de l’impôt. À ce titre, la présente étude entend apporter un éclairage nouveau sur la nature et les limites de l’État princier en Occident à l’aube de la Renaissance.

Burgundica 27
Bertrand Schnerb, La noblesse au service du prince. Les Saveuse: un hostel noble de Picardie au temps de l’Etat bourguignon (v. 1380-v. 1490), Turnhout (Brepols), 2018, ISBN: 978-2-503-55521-8.
L’encadrement de l’État bourguignon était fortement aristocratique. Les ducs de Bourgogne de la Maison de Valois ont largement recruté leurs conseillers, leurs capitaines et l’élite de leur entourage et de leur hôtel au sein de la noblesse des pays sur lesquels ils exerçaient leur autorité ou leur influence. Ce fut en particulier le cas en Picardie, région stratégique centrée autour de la ville d’Amiens. Dans ce secteur, toutefois, l’influence bourguignonne était loin d’être exclusive : l’autorité royale s’y exerça directement jusqu’en 1435 puis entre 1463 et 1465 et enfin à partir du début des années 1470 ; par ailleurs, les rivalités princières s’y firent puissamment sentir dans la période comprise entre 1400 et 1435. Cette situation eut un fort impact sur les destinées de la noblesse picarde. L’exemple des Saveuse, famille de vieille noblesse de l’Amiénois possessionnée en Picardie et en Artois, illustre bien ce phénomène. Les représentants de cet hostel noble, très impliqués dans le conflit franco-anglais, furent contraints d’opérer des choix dans un contexte marqué par la guerre civile d’abord, par l’hostilité entre le roi de France et le duc de Bourgogne ensuite. Il leur fallut concilier des fidélités contraires, maintenir et consolider leur position politique, sauvegarder leurs intérêts sociaux et économiques. L’étude de ce groupe familial qu’il est possible de suivre sur cinq générations, entre les années 1350 et les années 1490, est conçue comme une contribution à l’histoire des relations de la noblesse avec la Maison de Bourgogne.
Cet ouvrage a obtenu la médaille de La Fons-Mélicocq 2019 de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres (Paris).

Burgundica 26
Katherine Anne Wilson , The Power of Textiles. Tapestries of the Burgundian Dominions (1363-1477), Turnhout (Brepols, 2018, ISBN: 978-2-503-53393-3.
The power of textiles in the Burgundian Dominions, spinning webs between city and court c. 1363-1477. Textiles were used as markers of distinction throughout the Middle Ages and their production was of great economic importance to emerging and established polities. This book explores tapestry in one of the greatest textile producing regions, the Burgundian Dominions, c. 1363-1477. It uses documentary evidence to reconstruct and analyse the production, manufacture, and use of tapestry. It begins by identifying the suppliers of tapestry to the dukes of Burgundy and their ability to spin webs between city and court. It proceeds by considering the forms of tapestry and their functions for urban and courtly consumers. It then observes the ways in which tapestry constructed social relations as part of gift-giving strategies. It concludes by exploring what the re-use, repair, and remaking of tapestry reveals about its value to urban and courtly consumers. By taking an object-centred approach through documentary sources, this book emphasises that the particular characteristics of tapestry shaped the strategies of those who supplied it and the ways it performed and constructed social relations. Thus, the book offers a contribution to the historical understanding of textiles as objects that contributed to the projection of social status and the cultural construction of political authority in the Burgundian polity.

Burgundica 25
A. Grosjean, Toison d’or et sa plume, la “chronique” de Jean Lefèvre de Saint-Rémy (1408-1436), Turnhout (Brepols), 2017. ISBN: 978-2-503-56910-9.
Un héraut d’armes historiographe bourguignon Jean Lefèvre de Saint-Rémy (1396-1468) fut poursuivant d’armes dans les rangs anglais à la bataille d’Azincourt, héraut “Charolais” puis roi d’armes de l’ordre de la Toison d’or fondé par Philippe le Bon en 1430. L’œuvre historiographique qu’il rédige à la fin de sa vie s’inspire de la prestigieuse chronique d’Enguerrand de Monstrelet et mêle souvenirs personnels et interpolations de sources diverses, brossant un tableau voulu idéal de la cour de Bourgogne entre 1408 et 1436 et particulièrement du principat de Philippe le Bon, maître auquel ce serviteur doit tout. Les particularités de son récit posent le problème du héraut d’armes écrivant l’histoire, phénomène exceptionnel qui fut favorisé par l’émulation existante à la cour des ducs de Bourgogne, reconnue comme l’un des foyers les plus prolifiques en la matière au XVe siècle.

Burgundica 24
Paul Delsalle, Gilles Docquier, Alain Marchandisse, Bertrand Schnerb (éds.), Pour la singuliere affection qu’avons a luy. Études bourguignonnes offertes à Jean-Marie Cauchies, Turnhout (Brepols), 2017. ISBN: 978-2-503-56483-8.
Florilège d’études bourguignonnes offertes à Jean-Marie Cauchies. Membre de la Classe des Lettres et des Sciences morales et politiques de l’Académie royale de Belgique et de la Commission royale d’Histoire de Belgique, Docteur honoris causa des Universités Jean Moulin Lyon 3 et de Haute-Alsace à Mulhouse, Professeur des Universités Saint-Louis de Bruxelles et catholique de Louvain, Secrétaire général du Centre européen d’Études bourguignonnes, Jean-Marie Cauchies a connu un parcours académique et une carrière universitaire prestigieux et exemplaires. À l’heure où il quitte sa charge d’enseignement pour une retraite sereine, mais sans doute aussi très studieuse, ses collègues et amis ont souhaité lui offrir un ensemble d’études relevant d’une matière à laquelle le jubilaire a consacré une part majeure de sa production scientifique – avec les trois volumes d’Ordonnances de Jean sans Peur et de Philippe le Bon, générales et destinées au Hainaut, parus à ce jour (Commission royale pour la publication des Anciennes Lois et Ordonnances de Belgique) et sa biographie de Philippe le Beau (Brepols, Coll. Burgundica) – en l’occurrence l’histoire des pays bourguignons des ducs de la Maison de Valois, puis de leurs successeurs Habsbourg. Si ces études ne peuvent rendre compte de l’extrême diversité des thèmes auxquels Jean-Marie Cauchies aura consacré ses travaux bourguignons, lesquels relèvent aussi souvent, de façon fatalement imbriquée, des histoires du Hainaut et du droit, auxquels d’autres recueils d’hommage sont consacrés ailleurs, elles se veulent l’expression, à son égard, d’une admiration fondée et d’un riche esprit de convivialité scientifique et humaine.

Burgundica 23
Sylvie Bepoix, Gestion et administration d’une principauté à la fin du Moyen Âge. Le comté de Bourgogne sous Jean sans Peur (1404-1419), Turnhout (Brepols), 2015. ISBN: 978-2-503-55143-2.
Jean sans Peur qui succède à son père Philippe le Hardi à la tête du duché de Bourgogne en 1404, dut attendre la mort de sa mère Marguerite pour hériter du comté en 1405. L’historiographie l’a longtemps montré comme détaché de son petit territoire comtois en raison de sa forte implication dans la politique du royaume de France voisin et de son plus grand attachement au duché. Si la gestion de l’ordinaire requérait peu son attention, elle permettait des rentrées d’argent que le duc-comte ne dédaignait pas. Ses interventions démontrent parfois une volonté d’améliorer la gestion, la majorité prouvant surtout son désir d’accroitre ce qu’il en retirait. Jean sans Peur n’a pas négligé son comté malgré sa faible importance au cœur de l’ensemble bourguignon. Graphiques et tableaux systématiquement employés pour appuyer la démonstration livrent des approches chiffrées du rapport de ce domaine bourguignon, mettant en lumière la gestion et l’administration d’un domaine princier en cette fin de Moyen Âge

Burgundica 22
Jean Devaux, Estelle Doudet, Élodie Lecuppre-Desjardin (éds.), Jean Molinet et son temps. Actes des rencontres internationales de Dunkerque, Lille et Gand (8-10 novembre 2007), Turnhout (Brepols), 2013. ISBN: 978-2-503-52557-0.
Ce volume présente un recueil d’études critiques consacrées à Jean Molinet (1435-1507), poète et chroniqueur bourguignon. Représentant majeur de la littérature bourguignonne, poète et chroniqueur, proche des milieux artistiques et notamment musicaux de son époque, Jean Molinet (1435-1507) apparaît comme un auteur fédérateur des études portant sur l’histoire politique et littéraire au tournant des XVe et XVIe siècles. Organisé du 8 au 10 novembre 2007, à l’occasion du cinquième centenaire de la mort de l’écrivain, le colloque dont les actes paraissent aujourd’hui a été le fruit d’une collaboration régionale et transfrontalière entre l’Université de Gand, l’Université Charles-de-Gaulle – Lille 3 et l’Université du Littoral – Côte d’Opale (Dunkerque). Par le croisement des disciplines et des approches, il a contribué de manière décisive à mettre en lumière toute la richesse de cette œuvre foisonnante et sa situation au croisement des espaces et des cultures, reflet de la réalité complexe des principautés bourguignonnes à l’époque où le Moyen Âge s’apprête à épouser la Renaissance.

Burgundica 21
Anne-Brigitte Spitzbarth, Ambassades et ambassadeurs de Philippe le Bon, troisième duc Valois de Bourgogne (1419-1467), Turnhout (Brepols), 2013. ISBN: 978-2-503-54493-9.
De 1419 à 1467, l’Etat bourguignon connut une expansion sans précédent, en partie servie par la politique diplomatique du duc de Bourgogne. Acteur central du mémorable congrès d’Arras de 1435, Philippe le Bon se posa en arbitre de l’Europe, grâce à ses alliances successives avec l’Angleterre et la France, mais aussi aux liens tissés dans toute la chrétienté.
L’enjeu de cette recherche, grâce à l’étude des moyens conceptuels, humains et matériels mobilisés par la diplomatie bourguignonne, est de resituer la place de la diplomatie dans la politique globale de Philippe le Bon.
L’étude des quelque 1412 ambassades et 621 ambassadeurs dépêchés par le duc durant son règne, la mise à jour de tactiques de négociation, de stratégies d’expertise, ainsi que la puissance financière mobilisée permettent d’éclairer un modèle de diplomatie ambitieuse, à l’heure où l’ambassadeur n’était encore qu’un « artisan de paix », où les ambassades permanentes n’existaient guère et où les concepts et le droit des gens étaient encore en pleine fixation.

Burgundica 20
Jean-Baptiste Santamaria, La Chambre des comptes de Lille de 1386 à 1419.Essor, organisation et fonctionnement d’une institution princière, Turnhout (Brepols), 2012 (450 pp). ISBN: 978-2-503-54080-1.
La fondation d’une Chambre des comptes à Lille par Philippe le Hardi en 1386 fut l’un des outils principaux d’intégration des Pays-Bas méridionaux à l’Etat bourguignon naissant. Dans le cadre d’un Etat princier bipolaire largement tourné vers le royaume l’institution s’inspira des usages flamands, artésiens et monarchiques, et s’inséra dans un réseau de Chambres regroupant Paris, Dijon, Lille et bientôt Bruxelles.  Tout en contrôlant plus de 200 comptes, elle traitait une information puisée dans son réseau de correspondants et ses archives, parvenant à élargir son périmètre d’intervention jusqu’au contrôle des comptes des officiers centraux des finances ducales. La Chambre sut également établir son autorité sur le domaine et les monnaies, et gagna le statut de cour de justice reconnue par le Parlement. Gardienne de l’autorité des ducs, elle ne cessa de rappeler le droit tout en exaltant la puissance de la grâce princière, même si elle ne put cependant jamais s’assurer le contrôle réel de l’administration financière.

Burgundica 19
Delphine Jeannot, Le mécénat bibliophilique de Jean sans Peur et de Marguerite de Bavière (1404-1424) , Turnhout (Brepols), 2012 (386 pp). ISBN: 978-2-503-54422-9.
C’est dans la France des XIVe et XVe siècles, en particulier chez les Valois, que le mécénat princier connut son âge d’or. Jean de Berry, frère du roi Charles V, fut certainement un de ceux qui illustra ce phénomène avec le plus de faste. L’historiographie brossa en revanche un tout autre portrait de son neveu, Jean sans Peur, le réduisant à un fin politique, parfois manipulateur, loin du prince cultivé amateur d’art. Et pourtant, nous devons au mécénat du duc de Bourgogne quelques unes des plus belles réalisations artistiques de l’époque, à l’image du Livre des merveilles du monde qu’il fit réaliser pour offrir à Jean de Berry. La qualité des sources conservées a permis de reconstituer les collections de manuscrits en possession de Jean sans Peur et de Marguerite de Bavière, son épouse, donnant ainsi la mesure de la qualité de leur mécénat artistique jusqu’alors méconnu.

Burgundica 18
Michael Depreter, De Gavre à Nancy (1453-1477) . L’artillerie bourguignonne sur la voie de la « modernité » , Turnhout (Brepols), 2012 (229 pp). ISBN: 978-2-503-54186-0.
Dans la veine de la « nouvelle histoire militaire », cette étude consacrée à l’artillerie « bourguignonne », de la guerre menée par Philippe le Bon contre les Gantois (1451-1453) à la mort de Charles le Hardi devant Nancy (5 janvier 1477), vise à cerner l’organisation d’un instrument militaire alors en plein essor, engendrant d’importantes dépenses – relevant également des domaines du génie et de la logistique – qu’une administration compétente devait encadrer au mieux. Au centre de l’objectif se trouve un personnel sans cesse croissant d’artisans–soldats dont la professionnalisation et la spécialisation reflètent les changements technologiques auxquels l’artillerie fut alors soumise sous l’impulsion des politiques des ducs de Bourgogne, et, en particulier, de Charles le Hardi, prince désirant disposer d’une artillerie puissante, efficace et à la pointe du progrès pour réaliser ses ambitions.

Burgundica 17
Dagmar Eichberger, Anne-Marie Legaré, Wim Hüsken (eds.), Women at the Burgundian Court: Presence and Influence –Femmes à la cour de Bourgogne: présence et influence, Turnhout (Brepols), 2011 (182 pp). ISBN: 978-2-503-52288-3.
This collection of essays charts the role of women at the Burgundian court by analysing the ways in which medieval women, such as Isabella of Portugal, Margaret of York, Mary of Burgundy, Margaret of Austria made an impact through their physical, moral and spiritual presence at court. During the absence of the prince these well-educated and internationally experienced spouses, mothers and aunts were put in charge of the courtly household or were in some cases appointed regent of the Netherlandish territories for a limited period of time. The youngest generation of women represented by the sisters and consorts of Charles V and Ferdinand I – now forming part of the extended family network – continued this tradition and took it to Germany, Spain, France and Portugal. The court developed into a kind of ‘gender laboratory’, in which women actively negotiated their position of power, thus consolidating their influence in politics, diplomacy, education and art.

  • Bertrand Schnerb, “Presence et influence des femmes a la cour de Botirgogne : Quelques reflexions historiographiques”
  • Thérèse De Hemptinne, “La cour de Malines au bas Moyen-Âge (1477-1530) : un laboratoire de recherche sur le “gender” ?”
  • Monique Sommé, “La correspondance d’Isabelle de Portugal, reflet du pouvoir d’une duchesse de Bourgogne au XVe siecle”
  • Wim Hüsken, “Royal entries in Flanders (1356 – 1515)”
  • Anne-Marie Legaré, ” L’entrée de Jeanne de Castille à Bruxelles”
  • Mario Damen, “Charity against the odds : Margaret of York and the Isle of Voorne (1477-1503)”
  • Catherine M. Müller, “La poétique de Marguerite d’Autriche : pour une relecture de sa “Complainte” (Vienne, ÖNB, Cod. 2584)”
  • Henri Installé, “Marguerite d’Autriche : l’idéal de la femme et de la princesse selon Henri Corneille Agrippa”
  • Marie-Françoise Poiret, “Le vitrail de l’histoire de Suzanne dans l’église de Brou”
  • Jacqueline Kerkhof, “Marie de Hongrie et son train en 1531”
  • Dagmar Eichberger, “Playing Games : Men, Women and Beasts on the Backgammon Board for King Ferdinand I and Queen Anna of Bohemia and Hungary”

Burgundica 16
Hanno Wijsman, Luxury Bound. Illustrated Manuscript Production and Noble and Princely Book Ownership in the Burgundian Netherlands (1400-1550) , Turnhout (Brepols), 2010 (717 pp). ISBN: 978-2-503-52558-7.
This interdisciplinary study presents a two-part survey of the production and ownership of luxury manuscripts in the late-medieval Netherlands.
Part I analyses a corpus of 3,700 illustrated manuscripts produced between 1400 and 1550 in the Low Countries. The result is a cornucopia of information about many aspects of manuscript production: chronological, geographical and gender distribution, the genres of texts, the languages used, the dimensions of books, the number of illustrations, and the relationship between the making of hand-written and printed books.
Part II examines the libraries of the pre-eminent owners of illustrated manuscripts in the Netherlands: the ducal family and the noble elite. The great bibliophile Philip the Good set an example of book collecting that was emulated by the nobles of the court, creating a typical ‘Burgundian’ fashion in book ownership by which a small elite demonstrated a well defined group identity.
Luxury Bound charts this new vogue in books and reading, an important aspect of cultural change in the late-medieval Low Countries.

Burgundica 15
Hanno Wijsman (ed.), with the collaboration of Ann Kelders and Susie Speakman Sutch, Books in Transition at the Time of Philip the Fair.Manuscripts and Printed Books in the Late Fifteenth and Early Sixteenth Century Low Countries, Turnhout (Brepols), 2010 (319 pp). ISBN: 978-2-503-52984-4.
In 2006, 500 years after his death, the Royal Library of Belgium organised an exhibition revealing treasures from the era of Philip the Fair (1478-1506), last duke of Burgundy. This volume reunites most of the papers delivered at a conference held during the exhibition, increased with four new chapters. Ten specialists from Belgium, the Netherlands and the United States discuss the book market and its place in society in this transitional period when manuscripts and printed books were produced and used next to one another. The contributions are organised in pairs around five topics, whereby in each case one author treats manuscripts and the other printed books: Philip the Fair and his books, art in books, music in books, politics in books, the book market. Contributions :

  • Hanno Wijsman, Introduction: A Prince and the Books of his Time
  • Jean-Marie Cauchies, Philippe le Beau dans les livres: un ‘grand oublié’ de l’histoire…
  • Hanno Wijsman, Philippe le Beau et les livres : rencontre entre une époque et une personnalité
  • Lieve De Kesel, Heritage and Innovation in Flemish Book Illumination at the Turn of the Sixteenth Century : Framing the Frames from Simon Marmion to Gerard David
  • Marieke Van Delft, Illustrations in Early Printed Books and Manuscript Illumination: the Case of a Dutch Book of Hours Printed by Wolfgang Hopyl in Paris in 1500
  • Rob C. Wegman, Publication Before Printing: How Did Flemish Polyphony Travel in Manuscript Culture?
  • Zoe Saunders, Manuscripts in the Age of Print: Production, Function, and Destinations of the Alamire Manuscripts
  • Samuel Mareel, Theatre and Politics in Brussels at the Time of Philip the Fair: the Leemans Collection
  • Susie Speakman Sutch, Politics and Print at the Time of Philip the Fair
  • Hanno Wijsman, Une bataille perdue d’avance? Les manuscrits après l’introduction de l’imprimerie dans les anciens Pays-Bas
  • Renaud Adam, Imprimeurs en Brabant et en Flandre au temps de Philippe le Beau
  • Herman Pleij, Printing as a Long-Term Revolution

Burgundica 14
Pierre Gresser, Pêche et pisciculture dans les eaux princières en Franche-Comté aux XIVe et XVe siècles, Turnhout (Brepols), 2009 (374 pp). ISBN: 978-2-503-22423-7.
Parmi tous les éléments qui composaient le domaine des comtes de Bourgogne au bas Moyen Âge, les eaux vives et les étangs formaient un ensemble non négligeable, le poisson d’eau douce étant particulièrement recherché. C’est  pour mieux mettre en valeur cette partie spécifique de ses propriétés en Franche-Comté que le duc-comte Eudes IV (1330-1349) créa un office nouveau : la gruerie, chargée d’administrer et de gérer les eaux et forêts domaniales.
La comptabilité de l’institution révèle que les rivières ne furent pas toutes prises en charge par le gruyer, d’où l’examen des comptes des autres officiers domaniaux. Dans tous les cas, les eaux vives donnèrent lieu à des amodiations, dont seuls les amodiataires et les revenus sont connus. Le recours aux chartes de franchises permet de mieux percevoir les rapports entre les sujets du prince et le milieu aquatique.
Des étangs les textes décrivent avec précision la structure, la pêche et la vente du poisson. Parmi les réserves piscicoles, il y avait des plans d’eau destinés à la reproduction, d’où le titre de pisciculture utilisé dans le titre de ce livre.
L’ouvrage se termine par une analyse des « mesus » (délits) perpétrés dans les eaux comtales, curieusement inclus dans le poste des « amendes des bois banaux ».
Au total cette étude forme le second volet d’un triptyque consacré aux eaux et forêts princières dans le comté de Bourgogne aux XIVe et XVe siècles. Elle fait suite logiquement à la description de l’office de gruerie en montrant son application aux eaux courantes et ” stagnantes ” (les étangs), c’est-à-dire deux milieux halieutiques très différents puisque le premier, à l’état naturel, s’oppose aux réserves piscicoles construites par les hommes.

Burgundica 13
Jelle Haemers, Céline Van Hoorebeeck, Hanno Wijsman (éds.), Entre la ville, la noblesse et l’Etat : Philippe de Clèves (1456-1528), homme politique et bibliophile, Turnhout (Brepols), 2007 298 pp). ISBN: 978-2-503-51912-8.
Philippe de Clèves (1456-1528) est un homme remarquable à plus d’un titre. Fils d’Adolphe, seigneur de Clèves et de Ravenstein, et de Béatrice de Portugal, Philippe jouit, à l’instar de bon nombre d’aristocrates à l’automne du Moyen Age, d’un luxueux train de vie. Partisan de Maximilien d’Autriche dans sa lutte contre les cités du comté de Flandre jusqu’en 1488, il choisit alors de défendre le particularisme urbain contre l’autorité bourguignonne. Vaincu en 1492, il se tourne vers la cour du roi de France Charles VIII. Il parcourt l’Europe, gouverne Gênes pour finalement revenir aux Pays-Bas et se placer au service de Charles Quint jusqu’à sa mort.
Les différentes contributions de ce volume entendent apporter une réponse à la question-clé des intérêts de Philippe durant cette période troublée: dans quelle mesure privilégie-t-il la relation avec le prince et avec les autres aristocrates ou entend-il plutôt assurer ses intérêts dans la ville ? A partir d’une documentation largement inédite, l’attention est ainsi portée sur le rôle culturel, politique, social et militaire qu’a joué Philippe de Clèves dans les conflits entre la Ville et l’Etat. En outre, Philippe lui-même a rédigé L’instruction de toutes manieres de guerroyer. S’il est auteur, il est aussi collectionneur: plusieurs articles mettent également l’accent sur l’analyse du contenu de sa bibliothèque et sur la comparaison avec les librairies d’autres nobles et de certains fonctionnaires d’Etat.
Ce volume constitue la publication des Actes d’un colloque interdisciplinaire organisé à la Bibliothèque royale de Belgique dans le cadre du “Pôle d’Attraction Interuniversitaire” (La société urbaine dans les anciens Pays-Bas, bas Moyen Age-XVIe siècle, phase V.10), programme de recherche financé par la Politique scientifique fédérale belge.

  • Marc Boone, “Introduction: Noblesse, politique urbaine et formation d’un État : le trajet de Philippe de Clèves, homme d’armes et de lettres, homo burgundicus
  • Jean-Marie Cauchies, “Philippe de Clèves en son temps : féodalité et service des princes”
  • Jelle Haemers, “Philippe de Clèves et la Flandre. La position d’un aristocrate au coeur d’une révolte urbaine (1477-1492)”
  • Hans Cools, “Philip of Cleves at Genoa : the Governor who Failed”
  • Louis Sicking, “Philip of Cleves’ Instruction de toutes manières de guerroyer and the Fitting Out of Warships in the Netherlands during the Habsburg-Valois Wars”
  • Elyne Olivier, “Philippe de Clèves, le goût et les particularismes artistiques d’un noble bourguignon à travers le Recueil de mandements, d’inventaires et de pièces diverses concernant la succession de Philippe de Clèves
  • Karen De Coene, “The Winnow and the Sifted Past. From the Emblem to the Library and back again”
  • Anne Korteweg, “La bibliothèque de Philippe de Clèves : inventaire et manuscrits parvenus jusqu’à nous”
  • Céline Van Hoorebeeck, “Les bibliothèques de Philippe de Clèves (1456-1528), Thomas de Plaine (ca 1444-1507) et Philippe Wielant (1441-1520). Essai de mise en perspective”
  • Hanno Wijsman, “Politique et bibliophilie pendant la révolte des villes flamandes des années 1482-1492 : Relations entre les bibliothèques de Philippe de Clèves et de Louis de Bruges et la Librairie des ducs de Bourgogne”
  • Frederik Buylaert & Jan Dumolyn, “Conclusion : L’importance sociale, politique et culturelle de la haute noblesse dans les Pays-Bas bourguignons et habsbourgeois (1475-1525): un état de la question”

Burgundica 12
Carol Chattaway, The Order of the Golden Tree. The Gift-giving Objectives of Duke Philip The Bold of Burgundy , Turnhout (Brepols), 2006 (288 pp). ISBN: 978-2-503-52297-5.
This book explores the policy objectives underlying the gift of this Order, to sixty men, on January 1 1403. Drawing primarily on Philip’s household accounts, it undertakes complementary iconographical and prosopographical analyses (of the Order insignia’s form, materials, design and motto; and of distinguishing common features among its recipients), refined by reference to his policy concerns around the occasion of its bestowal, to test seven hypotheses. The evidence from the analyses enables six of these (that it was purely decorative; a courtly conceit; crusade-related; a military chivalric order; a livery badge; or a military alliance) progressively to be discarded, pointing strongly to the seventh, that the Order was a specific policy alliance, designed in fashionable form, to obscure its politically sensitive purpose. The nature of that purpose then permits a revision of Philip’s role in history, particularly in relation to the creation of an independent Burgundian state, and the use of a co-ordinated propaganda campaign of slogan, badge, and supporting literature, to legitimise and popularise his plans. The analytical approach also offers insights into the significance of decorative, material gift-giving; the identification of networks; Christine de Pisan’s earlier political writings, and the origins of the Order of the Golden Fleece.

Burgundica 11
M.-C. de Crécy (éd.), Jean Wauquelin, De Mons à la cour de Bourgogne, Turnhout (Brepols), 2006 (318 pp). ISBN: 978-2-503-52021-6.
Wauquelin, ” escripvaing ” de ce grand mécène que fut le duc de Bourgogne, est longtemps resté dans l’ombre de son jeune confrère, David Aubert. Son œuvre embrasse cependant des champs variés, qui accueillent aussi bien des traductions que des compilations et des mises en prose. Les éditions récentes de certains de ses textes, et les études auxquelles elles ont donné lieu, permettent de mieux connaître cet auteur aujourd’hui. Répondant parfaitement aux désirs de ses différents commanditaires, son œuvre s’inscrit dans les courants de pensée et les idéologies de l’époque.
Mais Wauquelin ne fut pas seulement un auteur. Il participa lui-même aux étapes de l’élaboration matérielle des manuscrits dont son atelier assurait la transcription et la reliure, tandis que l’illustration était confiée à des artistes réputés, résidant notamment à Bruges.
Le colloque interdisciplinaire qui lui fut consacré à Tours, en septembre 2004, avait pour ambition d’éclairer toutes les facettes de son activité et de la situer dans les pratiques d’écriture mais aussi ” éditoriales ” de son temps. Les articles qu’il a inspirés sont accompagnés ici d’une bibliographie exhaustive.
Cette présentation en un volume de l’ensemble des connaissances que l’on peut considérer comme acquises sur Wauquelin, dans des domaines aussi divers que la philologie, la linguistique, la littérature, la codicologie ou l’histoire de l’art, voudrait susciter des interrogations et ouvrir la voie à de nouvelles recherches.

  • Gilles Roussineau, “Jehan Wauquelin et les rédacteurs de Perceforest, traducteurs de l’Historia Regum Britanniae de Geoffroy de Monmouth”
  • Outi Merisalo, “Jehan Wauquelin, traducteur de Gilles de Rome”
  • Claude Thiry & Tania Van Hemelryck, “La langue de Wauquelin. L’exemple des Chroniques du Hainaut
  • Géraldine Veysseyre, “L’itération lexicale dans la prose de Jehan Wauquelin : outil de traduction ou motif ornemental ?”
  • Maria Colombo, “La rhétorique épistolaire dans deux mises en prose de Jehan Wauquelin : la Manekine et la Belle Helene de Constantinople
  • Sandrine Hériché Pradeau, “Girart de Roussillon : la stratégie hagiographique d’une compilation”
  • Rosalind Brown-Grant, “Ré-écritures de récits d’inceste : Jehan Wauquelin et la légende de la fille aux mains coupées”
  • Laurence Harf, “Les portes du rêve chez Jehan Wauquelin : les songes dans le Roman d’Alexandre (texte et image)”
  • Maud Simon, “Proverbes : parole énigmatique et parole pragmatique dans le Roman d’Alexandre de Wauquelin”
  • Cynthia Syoen, “Le merveilleux périple d’Alexandre : une révision sacralisée du mythe initiatique”
  • David Wrisley, “L’Orient de Jehan Wauquelin”
  • Claude Roussel, “Les rubriques de la Belle Helene de Constantinople
  • Gabriella Parussa & Richard Trachsler, “La scripta de Jacotin du Bois, un copiste dans l’atelier de Jehan Wauquelin”
  • Anne van Buren, “Principes de la représentation du costume dans les Chroniques de Hainaut et dans le Girart de Roussillon
  • Chrystèle Blondeau, ‘Jehan Wauquelin concepteur de l’illustration : l’exemple du Roman d’Alexandre (Paris, BnF, fr. 9342) et de Girart de Roussillon (Wien, ÖNB, 2549)’
  • Marie-Hélène Tesnière, ‘Les dieux antiques dans les premiers livres des Chroniques de Hainaut
  • Géraldine Veysseyre, ‘Bibliographie autour de Wauquelin’

Burgundica 10
Bernhard Sterchi, Über den Umgang mit Lob und Tadel. Normative Adelsliteratur und politische Kommunikation im burgundischen Hofadel, 1430-1506 , Turnhout (Brepols), 2005. ISBN: 978-2-503-51432-1.
Wie kann eine Literatur, die ihrem Leser von adligem Heldentum und Ruhm erzählt, die ihm das Ungenügen der privilegierten Geburt vorhält und ihn zu sittlicher Überlegenheit anspornt, überhaupt Wirkung erzeugen? Das vorliegende Buch findet eine Antwort in einem bestimmten Teil des Leserverhaltens, nämlich in der persuasiven politischen Kommunikation. Am Beispiel des burgundischen Hofadels des 15. Jahrhunderts wird diese These durch drei Argumente gestützt. Erstens enthält die Literatur nur selten konkrete Handlungsanweisungen. Vielmehr bietet sie eine Referenzordnung der Schlüsselbegriffe, Argumente, Autoritätenzitate und Anekdoten, mit deren Hilfe der Leser seine Werturteile bilden und begründen kann. Zweitens finden sich diese literarisch vermittelten Referenzwerte genau in jenen Fällen der politischen Kommunikation wieder, in deren Zentrum die Vermittlung von Werturteilen steht. Hierzu gehören verschiedene Spielarten der Legitimierung, insbesondere aber die Gestaltung des Ansehens von Personen. Drittens sind im burgundischen Hofadel solche bewertende Kommunikationshandlungen in wesentlichen politischen und sozialen Feldern erfolgsrelevant.
Dem Autor gelingt auf diese Weise ein anderer Blick auf das moralische Selbstverständnis des burgundischen Hofadels. Über seinen typischen Besitz von Adelstraktaten, seine eigenen Versuche auf diesem Gebiet und sein komplexes Verhältnis zur zeitgenössischen Chronistik bis hin zu den politischen Verfahren im und um den Orden vom Goldenen Vlies tritt der Adel im Umgang mit Wertvorstellungen und deren Zuschreibung zutage. Dieser Umgang mit Lob und Tadel erklärt in seiner vielseitigen Verflechtung, aber besonders in seiner politischen Relevanz die Bedeutung der inszenierten normativen Selbstvergewisserung des burgundischen Hofadels ebenso wie die Wirksamkeit des moralischen Konformitätsdrucks in dieser Gesellschaft.

Burgundica  9
PierreGresser, La gruerie du comté de Bourgogne aux XIVe et XVe siècles , Turnhout (Brepols), 2005 (366 pp). ISBN: 978-2-503-51621-9.
Créée dans la première moitié du XIVe siècle, la gruerie du comté de Bourgogne fut un office ayant pour but d’administrer et de gérer les eaux et forêts princières, c’est-à-dire faisant partie du domaine comtal. Ce livre, premier volet d’un triptyque consacré à l’institution, doit son origine à une constatation générant une interrogation.
Alors que la Comté était largement pourvue en bois, rivières et étangs, comment apparut et se développa une structure administrative, spécialement conçue pour mieux prendre en compte des composantes essentielles du milieu naturel, encore que les étangs résultaient du travail de l’homme ? Grâce à une abondante documentation, surtout comptable, il est possible de retracer dans le long terme (1335-1490) l’évolution, les rythmes des changements et de déceler leurs acteurs.
En effet, comme bien d’autres régions la Franche-Comté subit une série de difficultés, caractéristiques en partie du bas Moyen Âge. Or l’histoire du ressort et du personnel de la gruerie pendant un siècle et demi laisse l’impression d’un office qui naquit et s’épanouit indépendamment du contexte difficile dans lequel il évolua, à l’exception de la période de la souveraineté française (1477-1493), marquée par la dilapidation du domaine comtal par Louis XI et Charles VIII.
Après une période de gestation au cours de la première moitié du XIVe siècle, le développement de l’institution consista à incorporer des terres princières au sein de l’office et de le doter d’un personnel adéquat. Malgré la politique de centralisation conduite par les comtes de Bourgogne, les eaux et forêts domaniales ne relevèrent jamais toutes de l’administration, qui avait vu le jour pour elles.
Au-delà de la présentation des officiers (gruyers et leurs collaborateurs), la gruerie du comté de Bourgogne pose la question de la spécificité de l’histoire comtoise. Rattaché au Saint Empire romain germanique depuis 1032, le comté de Bourgogne fut pour l’essentiel de civilisation française, et c’est en vain que l’on chercherait la moindre influence germanique dans l’office responsable des eaux et forêts princières. C’est du côté du royaume de France et en particulier de la Bourgogne ducale qu’il faut aller chercher les origines de l’institution, qui perdura jusqu’au XVIIe siècle.
Par ailleurs, l’étude de l’office s’inscrit dans une démarche dépassant les cadres de l’histoire régionale. D’une part, en apportant une contribution à l’histoire forestière après la période des grands défrichements, qui a beaucoup plus retenu l’attention des historiens que l’époque marquée par la fin du développement considérable de l’espace agricole aux dépens de la sylve. D’autre part, en présentant des réserves piscicoles différentes des étangs des régions voisines (Bourgogne ducale et la Dombes, par exemple), où la pêche et la vente du poisson alternaient avec la culture pendant l’assec. Mais la collecte des données et leur exploitation pour traiter de tels thèmes n’auraient pas leur véritable signification sans l’analyse de la structure administrative dont sont issues des sources quantitatives et sérielles d’une remarquable richesse, autorisant une réflexion sur les rapports entre l’homme et son environnement.

Burgundica 8
Jean-Marie Cauchies, Finances et financiers des princes et des villes à l’époque bourguignonne, Turnhout (Brepols), 2004 (131 pp). ISBN: 978-2-503-51433-8.
Gérer les finances des princes et des villes est devenu à la fin du moyen âge l’affaire de professionnels de l’argent et de ses techniques. Ces hommes dont les employeurs requièrent compétence et loyauté appartiennent au monde en pleine ascension des officiers, des «fonctionnaires». Les nécessités de la guerre et de la paix, les coûts des armées et de la diplomatie, l’entretien et le fonctionnement des rouages du gouvernement et de l’administration, les aléas et les pressions de la situation économique, tout cela donne un sens à leur travail et requiert leur vigilante attention. Accroître des moyens matériels, par des expédients ou des réformes durables, rendre plus performants des outils de gestion, voilà des objectifs qui peuplent ces pages, à travers plus d’un siècle et demi du passé des anciens Pays-Bas. Les études publiées regorgent ainsi d’apports nouveaux pour l’histoire de l’impôt, de l’emprunt, des rentes, du crédit et du commerce de l’argent. Elles éclairent aussi une face essentielle des relations entre gouvernants et gouvernés, dictées par des recettes et dépenses mais en même temps orientées par ceux qui y pourvoient et en font carrière.

Burgundica 7 : Marie-Thérèse Caron, Les vœux du Faisan, noblesse en fête, esprit de croisade. Le manuscrit Français 11594 de la Bibliothèque Nationale de France , Turnhout (Brepols), 2003 (421 pp). ISBN: 978-2-503-50721-7.
Le manuscrit, issu de la bibliothèque ducale, fait allusion à des événements qui se sont produits entre 1454 (date du récit du Banquet de Faisan de Lille et du “registre” des voeux prononcés par le duc et les nobles) et 1463/64 (date de la Bulle de croisade de Pie II et de l’Epître à la Maison de Bourgogne). Il a dû être établi à ce moment, dans un contexte difficile, pour rassembler des arguments en faveur d’une croisade à laquelle Philippe le Bon était sur le point de renoncer. Les voeux, en partie inédits, expriment un sentiment d’appartenance au monde bourguignon, une adhésion aux idéaux de l’Eglise, mais aussi une analyse réaliste de la situation. Un index des “vouhans” éclaire la diversité de leurs personnalités et fait vivre un milieu. Loin d’être considérés domme des “serments après boire”, ces vœux apparaissent, à la lumière des textes ecclésiastiques, du poème sur la mort qui clôt le manuscrit, comme sincères et réfléchis.

Burgundica 6
Jean-Marie Cauchies, Philippe le Beau. Le dernier duc de Bourgogne, Turnhout (Brepols), 2003 (292 pp). ISBN: 978-2-503-51226-6.
Philippe de Habsbourg-Bourgogne, dit le Beau, archiduc d’Autriche, prince “naturel” dans les Pays-Bas, éphémère roi de Castille, fait trop souvent d’ ” oublié de l’Histoire “. Mort jeune encore, en pleine ascension politique, ” victime ” de la notoriété de ses parents, Maximilien et Marie, et davantage encore de son fils aîné Charles Quint, éclipsé dans la mémoire par son épouse Jeanne, dite la Folle, il trouve mal sa place dans l’historiographie, aux confins du moyen âge et de la Renaissance, de la féodalité des grands princes et du temps d’expansion de l’ ” Etat moderne ” en occident. Né à Bruges en 1478, mort à Burgos en 1506, il est pourtant un maillon essentiel. Sa biographie morale et politique entraîne le lecteur à la découverte du pouvoir et de ses instruments, de la diplomatie et de ses intrigues, de Malines à Madrid, de Windsor à Innsbruck. Européen par la force des choses, Philippe le Beau, très entouré de ” ministres ” aux vues ambitieuses et divergentes, n’est pas encore le dépositaire d’une aspiration à la monarchie universelle vers laquelle tendra son successeur. Il demeure avant tout un duc de Bourgogne, l’héritier et le continuateur d’une lignée. Les choix politiques qu’il assume à ce titre, face à son père l’empereur élu du Saint Empire, à ses beaux-parents les Rois catholiques, au roi de France, ont pu faire de lui un ” enfant terrible ” de la politique internationale.

Burgundica 5
Dagmar Eichberger, Leben mit Kunst – Wirken durch Kunst. Sammelwesen und Hofkunst unter Margarete von Österreich, Regentin der Niederlande, Turnhout  (Brepols) 2002 (527 pp). ISBN: 978-2-503-99129-0.
Unser Wissen über burgundisch-niederländische Kultur ist im Laufe der letzten Jahrzehnte beträchtlich gewachsen. Dennoch ist bisher zu wenig über das räumliche Umfeld bekannt, in dem die Gemälde eines Jan van Eyck, Hieronymus Bosch oder Jan Gossaert aufgestellt und betrachtet wurden. Die hier vorliegende Studie hat es sich zum Ziel gemacht, das höfische Milieu zu rekonstruieren, in dem Kunstwerke und andere Wertgegenstände gesammelt und in Szene gesetzt wurden. Aus dem Blickwinkel neuzeitlicher Sammlungsgeschichte betrachtet, wird der Mechelner Hof der Margarete von Österreich (1480-1530) als Fallstudie analysiert. Margarete, eine weitgereiste Mäzenin und Sammlerin, hatte sich in den Niederlanden eine stattliche Residenz eingerichtet, die sie mit einer Vielzahl von Artefakten ausstattete. Ihre persönliche Sammlung bestand aus frühniederländischen Kunstwerken ersten Ranges, wie etwa Jan van Eycks Arnolfini Hochzeit oder Michel Sittows Diptychon mit der Himmelfahrt Mariens. Bernard van Orley, Jan Gossaert, Joos van Cleve, Jan Vermeyen und Gerard Horenbout repräsentieren die zeitgenössische Kunst aus dem Herrschaftsgebiet der Regentin. Darüber hinaus besaß Margarete zahlreiche italienische, spanische, deutsche und französische Objekte des 15. und 16. Jahrhunderts. Die überaus reiche Quellenlage hat es möglich gemacht, den ursprünglichen Wohnbereich und die Anlage des sogenannten “Hofs von Savoyen” zu rekonstruieren und damit die Funktion der einzelnen Räumlichkeiten näher zu bestimmen. Zusätzlich zu den eigentlichen Wohnräumen und der Bibliothek richtete die weltoffene Regentin einen autonomen Sammlungsraum in Gartennähe ein. In diesem Kontext wird Kunst nicht mehr ausschließlich für dynastische und religiöse Zwecke eingesetzt, sondern erhält einen neuen Stellenwert. Sobald Kunstgegenstände auch nach ästhetischen Kriterien beurteilt werden, können sie in einen neuen Sinnzusammenhang gestellt werden wie es in Mechelen der Fall war.

Burgundica 4
Robert Stein (ed.), Powerbrokers in the Late Middle Ages.The Burgundian Low countries in a European Context – Les courtiers du pouvoir au bas Moyen-Âge. Les Pays-Bas bourguignons dans un contexte européen , Turnhout (Brepols), 2001 (259 pp). ISBN: 978-2-503-51037-8.
This volume studies the modernisations of regional institutions by the Burgundian Dukes in the 15th century Low Countries, and contrasts these with the developments in other European countries.
The fifteenth century was of crucial importance for the Low Countries. After centuries of gradual political disintegration, a rapid unification took place during the reign of the Burgundian dukes, Philip the Good and Charles the Bold. How did this new ‘state’ work? To most people the political high-points are well known; but the slow process of integration that had by then started remains, by contrast, largely unknown. In this process, the regional institutions, which were thoroughly modernised by the Burgundian dukes, seem to have played a key role. The first part of this volume discusses the role of these regional institutions. In particular it studies the role in the principalities of Brabant, Holland and Flanders of civil servants as formal and informal ‘powerbrokers’ between central government and subjects in the Low Countries during the Burgundian period. The Low Countries, however, cannot be treated in isolation from its neighbours: they were situated literally on the frontier of the Holy Roman Empire and France and there were intensive commercial and political contacts with England. Therefore, by way of comparison, the second part of this volume contrasts developments in other European countries, in particular, France, the Empire and England. The articles in this volume are written by a group of distinguished specialists in the field of administrative history, working at universities in Belgium, France, Germany, the Netherlands and the United Kingdom.

  • Robert Stein : “The Burgundian Bureaucracy as a Model for the Low Countries? The “chambres des comptes” and the Creation of an Administrative Unity”
  • Mario Damen, “Taxation for Princes and Officiers. The Council of Holland and the “aides” in the Burgundian Period”
  • Yvonne Bos-Rops, “The Power of Money. Financial Officers in Holland in the Late 15th and Early 16th Centruy”
  • Jan Dumoulyn, “Les conseillers flamands au XVe siècle : rentiers du pouvoir, courtiers du pouvoir”
  • Mireille Jean, “Les gens de Comptes à Lille à la fin du XVe siècle”
  • Philippe Godding, “Le Conseil du Brabant sous Philippe le Bon. L’institution et les hommes”
  • Jean-Philippe Genet, “Les conseillers du prince de Angleterre à la fin du moyen âge : sages et prudent ?”
  • Steven J. Gunn, “”New Men” and “New Monarchy” in England, 1485-1524″
  • Peter Moraw, “Conseils princiers en Allemagne au XIVe et au XVe siècle”
  • Olivier Mathéoni, “Entre fidélité et compétence. Les conseillers du duc Louis II de Bourbon (1365-1410)”
  • Jean Kerhervé , “La chancellerie de Bretagne sous Anne de Bretagne et Louis XII (1498-1514)”
  • Anthony J. Black, “Ottoman Political Thought : A Comparison with Europe”
  • Claude Gauvard, “Conclusion”

Burgundica 3
Bertrand Schnerb, “L’Honneur de la Maréchaussée”. Maréchalat et maréchaux en Bourgogne des origines à la fin du XVe siècle , Turnhout (Brepols), 2000. ISBN: 978-2-503-51038-5.

 

Burgundica 2
H. van der Velden, The Donor’s Image . Gerard Loyet and the Votive Portraits of Charles the Bold , Turnhout (Brepols) 2000 (388 pp). ISBN: 978-2-503-50722-4.
All relevant documents illustrating the aesthetic preferences of the Burgundian nobility appear in this book, which discusses the votive protraits of Charles the Bold, as well as the circumstances surrounding the commission of Loyet´s sole surviving work – the Liège statuette.
The references to Charles the Bold´s work, which are largely drawn from the accounts of the chambres des comptes at Lille and Brussels, amply illustrate the aesthetic preferences of the Burgundian nobility. All the relevant documents, most of which have not been published before, appear in appendix I. The second part of the book reviews the votive portraits of Charles the Bold. The circumstances surrounding the commission of the Liège statuette – Loyet´s sole surviving work – are discussed in detail, and all documents relating to the statuette are included in appendix II. In the second chapter of part II, the focus is on the statuette´s iconography, which is unique for a votive gift. Charles´s motives are further investigated in the final chapter of part II, which discusses the votive portraits that he donated to other shrines. In the third and final part, the attention shifts to votive gifts, and more specifically to the genre of votive portraits.

Burgundica 1
Jean-Marie Cauchies  (ed.), A la cour de Bourgogne. Le duc, son entourage, son train , Turnhout (Brepols) 1998 (172 pp). ISBN: 978-2-503-50650-0.
La recherche historique manifeste de nos jours une curiosité renouvelée pour le vaste champ des pouvoirs. Au-delà d’une perspective proprement politique, on cherche aujourd’hui à cerner tout ce qui inspire, conforte, justifie ou met en question ces pouvoirs. Si l’autorité s’incarne dans un prince, celui-ci fût-il censé l’exercer pleinement et cultiver ainsi son prestige, elle n’est et ne peut toutefois jamais être l’apanage d’un solitaire. Autour du gouvernant gravitent des familiers, conseillers, officiers, auxiliaires, serviteurs, personnel de décision ou de simple exécution. Les services domestiques côtoient les figures de proue de la cour et des conseils. Fêtes et deuils les rassemblent dans des célébrations où l’image du maître prend toujours sa place. Des uns, on requiert l’obéissance et le dévouement; des autres, on exige la compétence. Dans ces milieux, on lit et on produit, et cela aussi contribue à forger et à entretenir l’image. Et puis le prince et les siens ne se cloîtrent pas: il est des circonstances où les contacts directs avec les gouvernés contribuent à mieux éclairer aux yeux de la rue ce qu’est et ce que veut montrer d’elle l’autorité, parée de ses atours. Le présent volume a pour objectif d’illustrer la manière dont, sous ces divers angles, les pouvoirs étaient pensés et vécus chez les princes de Bourgogne.

  • Jean-Marie Cauchies, “Introduction au thème”
  • Werner Paravicini, “Structure et fonctionnement de la cour bourguignonne au XVe siècle”
  • Eric Bousmar, “La place des hommes et des femmes dans les fêtes de cour bourguignonnes (Philippe le Bon – Charles le Hardi) “
  • Monique Sommé, “Le cérémonial de la naissance et de la mort de l’enfant princier à la cour de Bourgogne au XVe siècle”
  • Francis Rapp, “Universités et principauté s : les Etats bourguignons”
  • Christian de Borchgrave, “Diplomates et diplomatie sous le duc de Bourgogne Jean sans Peur”
  • Myriam Cheyns-Condé, “L’épopée troyenne dans la “librairie » ducale bourguignonne au XVe siècle”
  • Graeme Small, “Qui a lu la chronique de George Chastelain?”
  • Jean-Pierre Sosson, “Chantiers urbains, chantiers ducaux dans les anciens Pays-Bas méridionaux (XIVe-XVe s.) : deux univers de travail différents?”
  • Jean-Marie Cauchies, “La signification politique des entrées princières dans les Pays-Bas : Maximilien d’Autriche et Philippe le Beau”
  • Wim Blockmans, “Le dialogue imaginaire entre princes et sujets : les Joyeuses Entrées en Brabant en 1494 et 1496”
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search